Origine : Savoie (Tarentaise)
Année de l'arrangement : 2001


 

Y a rien de si charmant

(chanson de bergère)


Y a rien de si charmant
Que la bergère aux champs,
Ell' voit venir la pluie.
Désire le beau temps.
Voilà comm' la bergère
Aime à passer son temps !

 

2.
Son berger va la voir
Le matin et le soir :
« Oh ! levez-vous, bergère !
Bergère, levez-vous !
Les moutons sont en plaine,
Le soleil luit partout ! »

 

3.
Quand la bergère entend
La voix de son amant,
Ell' met sa jupe rouge,
Son joli cotillon,
S'en va-t-ouvrir la porte
A son berger mignon.

 

4.
— Berger, mon doux berger,
Où irons-nous garder ?
— Là-haut sur la montagne,
Le soleil y fait beau;
Cueill'rons la violette,
Le romarin nouveau. »

 

5.
— Berger, mon doux berger,
Qu'aurons-nous à manger ?
— Des perdrix et des cailles
Et de petits gâteaux;
Du vin de la bouteille
Que j'ai sous mon manteau ! »

 

6.
— Berger, mon doux berger,
Où irons-nous loger ?
— Là-haut sur la montagne,
Un beau château il y a :
Nous logerons ensemble.
Parlera qui voudra ! »

 

7.
— Berger, mon doux berger,
J'entends quelqu'un marcher.
C'est peut-être mon père
Qui vient pour me chercher;
Couchons-nous sur l'herbette
Et laissons-le passer !

 

8.
— Berger, mon doux berger,
Si quelqu'un nous voyait !…
Allons dessus l'herbette,
A l'ombre d'un buisson,
Filant ma colognette,
Chantant une chanson !


Source : Joseph Canteloube - Anthologie des Chants Populaires Français, t. 2 page 13

 

Voir d'autres versions de ce chant (regroupement)