Origine : Béarn (Basse-Navarre)
Année de l'arrangement : 2001


 

Dans le tombeau, ô ma bien-aimée

(chanson d'amour)


Dans le tombeau, ô ma bien-aimée, j'ensevelirai ma douleur !
Que de pensées roulent en ma tête venant du désir de vous épouser;
Dedans ma chambre, la porte close, bien enfermé, toujours pleurant,
Des sentiments je ne suis plus maître, et le chagrin étreint mon cœur…
Et vous, sans doute, êtes destinée à me faire mourir de douleur !

 

2.
Vous êtes née à une bonne heure, étoile parmi les étoil';
Qu'il y en ait une qui vous égale, paraît impossible à mes yeux !
Je vous avais demandée pour femme, plusieurs fois je vous l'avais dit,
Mais vous avez, sans doute, trouvé que je n'étais pas assez pour vous :
Dieu vous permette de rencontrer un homme qui soit meilleur que moi !

 

3.
C'est attirés par le navire que les marins vont à la mer;
L'amour que j'ai pour vous, bien-aimée, je n'y renoncerai jamais.
Enchanteresse, bien que nous ne soyons pas destinés à vivre unis,
Mon cœur vous à donné son amour et jamais ne vous le reprendra;
Vous en avez pris possession et cela pour l'éternité !

 

4.
Ah ! dans les hêtres, qu'il est joli, cet oiseau chantant dès le printemps !
A votre suite, ma bien-aimée, l'amour m'a enchaîné pour toujours;
Ne craignez pas que jamais je cherche à vous obliger à m'aimer,
Et si, un jour, je meurs de chagrin, qu'en votre cœur reste le bonheur
Il suffira que, sur cette terre, je sois le seul malheureux !


Source : Joseph Canteloube - Anthologie des Chants Populaires Français, t. 1 page 274